Histoire de la Jonnelière


Cartes%20postales
Vue%20avion%201923
Vue%20avion%201956
Vue%20avion%201962
Vue%20avion%201967
Vue%20avion%201968
Vue%20avion%201984


Le quai de la Jonnelière en 1906. Au fond, la "petite folie" de la Châtaigneraie.
Le parc qui l'entoure va accueillir le zoo.


Le ZOO

Au début des années 50, la famille Liopé a acheté le château de la Chataigneraie à Monsieur Couetoux. Cette très belle propriété avait appartenu, antérieurement, à Monsieur Morin et à Madame Badenes.

Cette petite folie était située un peu en retrait du quai. L’accès principal se faisait par le chemin des usines tandis qu’une allée étroite fermée par un porche arrondi permettait d’accéder au quai. Madame et Monsieur Liopé ainsi que leurs enfants ont transformé cet espace en un parc d’oiseaux (un projet sur lequel ils travaillèrent pendant cinq ans). Un article de presse du journal Ouest-France relate son inauguration et fait état d’un endroit charmant : "enthousiastes, tous leurs amis ont parcouru les allées moussues, jeté un regard amoureux sur la gazon anglais ras et frais, les cascades, les jets d’eau".

Environ trois cents espèces venues des cinq continents séjournaient dans le parc dans un régime de quasi liberté. Certes les grandes volières étoffaient de leur trame métallique l’atmosphère mais elles étaient si vastes et si "aériennes" que l’oiseau ne connaissait pas ou à peine l’impression affligeante de la cage. Un article de presse ne titrait-il pas en avril 1958 : "la Jonelière où les animaux dits sauvages vivent en liberté".

Lors de l’inauguration, la famille Liopé avait tenu à faire bénir ce zoo par l’abbé Boutet, curé de Saint François d’Assise et l’abbé Michon, curé doyen de la Chapelle sur Erdre, passionné d’oiseaux. Le même jour, le magasin de monsieur Paul Liopé, Terre-Air-Eau de la place du Bouffay, fut inauguré. Le parc s’était peu a peu enrichi d’animaux sauvages : une gazelle, un zèbre, des marabouts,…mais également des lions, un boa, un puma… En 1958, le succès de ce parc, a conduit monsieur Liopé à demander une ligne d’autobus "pour favoriser tant les nécessités économiques des habitants dont la densité s’accroissait que le tourisme".

Les petits et les plus grands prirent beaucoup d’intérêt et de plaisirs à la visite de ce parc qui réunissait une des plus belles collections d’oiseaux exotiques en Europe. Hélas, en 1971, un accident mortel se produisit : un enfant fut tué par un lion. Le zoo fut fermé l’année suivante et les terrains vendus pour le développement de programmes immobiliers. Le permis de construire, pour les 2 premiers bâtiments de la résidence "Les Canotieres", fut délivré le 11 août 1980. Les 2 derniers bâtiments, construits en 1983, complétèrent cet ensemble immobilier.

"La Chataigneraie" était détruite. Le béton remplaçait désormais les espaces verdoyants occupés en grande partie par les volières. Ces constructions modifiaient, à tout jamais, le site de la Jonelière tant apprécié des Nantais.


(Extrait du livre : "HISTOIRE DES QUARTIERS NORD DE NANTES – livre 2" - AASCEB – NANTES)